Voyage : Crash d’un avion de ligne russe prés de Moscou.

Un avion de la compagnie Saratov Airlines, l’appareil Antanov An-148, transportant 71 personne (65 passagers, 6 membre du personnel d’équipage), avait pris son envol dimanche dernier de l’aéroport Domodedovo situé dans la capitale Russe.

 

Dimanche, un avion de ligne russe s’est écrasé peu après son décollage en partance de Moscou. L’Antanov An-148, qui appartient à la compagnie de vol Saratov Airlines, avait décollé en direction d’Orsk, ville située dans l’Oural. Il s’est crashé dans le district Ramenski, dans la banlieue de Moscou. D’après le parquet russe, on ne compte aucun survivants parmi les 71 personnes présentes dans l’avion, indiquant qu’il y avait 65 voyageurs ainsi que 6 membres d’équipage. L’hypothèse d’un acte terroriste est pour le moment écartée.

 

D’après des témoins, l’appareil serait tombé en flammes du ciel, pour s’écraser à deux pas du village d’Argounovo, situé à 70 km de Moscou. Une source du ministère des situations d’urgence russe a confié à l’agence Interfax que les 71 passagers et membres du personnel “n’ont eu aucune chance” de survie. L’agence s’est vu confier le fait que la carlingue de l’appareil “est disséminé sur environ un kilomètre”, ce qui témoigne de la violence de l’impact. Le ministère des situations d’urgence a précisé, à travers un communiqué, que “Plus de 150 personnes et environ 20 véhicules de secours se sont rendus sur les lieux du crash”

 

  • Une zone difficilement accessible.

 

Les médias russes ont indiqué dimanche, que les véhicules de secours n’étaient pas capable d’atteindre le site du crash, à cause de la neige qui est tombée ce jour-là sur Moscou et sa région. Ce qui a forcé les secouristes à continuer à pied.

Peu de temps après, une source du gouvernement russe a confié à l’agence Interfax “qu’à l’heure actuelle, les sauveteurs ont réussi à arriver sur le lieu du crash. Il y a beaucoup de corps et de fragments de corps.

Le ministre russe des transports, qui s’est logiquement rendu sur place, a confié qu’il faudrait sûrement faire des tests ADN afin d’identifier les corps des victimes. L’ouverture d’un centre de crise a eu lieu à l’aéroport Domodedovo, qui est, tout de même le deuxième plus grand aéroport de la capitale russe, du moins, en termes de nombres de passagers.

 

Quant au chef de l’Etat, Vladimir Poutine, il a tenu a présenté ses condoléances aux familles des victimes, avant d’ordonner l’ouverture d’une cellule d’enquête. Le président russe a même annulé son déplacement à Sotchi, où il devait rencontrer son homologue palestinien, Mahmoud Abbas.

 

Les causes du crash, elles, ne sont pas encore connues, mais plusieurs hypothèses sont déjà envisagé. Le ministère des Transports penche notamment, pour l’instant, sur celle de mauvaises condition climatique associé a une erreur de pilotage. En effet, il neigeait, et la température avoisinait les -5 degrés celsius. Mais l’ouverture d’une enquête criminelle a aussi vu le jour, afin de palier toutes éventualités. On voit donc que le gouvernement russe ne prend pas du tout à la légère cet incident.