Quand la 5g rencontre L’IA

Là, vous vous demanderez, mais que vient faire l’Intelligence Artificielle (l’IA) avec un réseau de télécommunications ? Mais, c’est bien pourtant le sujet principal de la dernière annonc du géant Nokia. Explication.

 

Juste avant le Mobile Work Congress (MWC), qui se déroulera fin février 2018, Nokia à décider de frapper fort en terme de communication. En effet, la marque téléphonique à dévoilé lundi 5 février, ses nouveaux Chipsets et ReefShark, ainsi que sa nouvelle architecture Futur X, destinée prochainement aux réseaux mobiles de cinquième génération.

Alors ? Fausse promesse marketing ou véritable avancée technologique ? C’est bien ce que l’on s’est demandé après de telles annonces, sans preuve ou détails.

 

Le défi de la 5g

 

La 5g promet d’être fortes en débits élevés, qui possède une latence bien plus réduites que ses prédécesseurs, ainsi qu’une couverture de réseau plus dense, le tout afin de connecter un maximum d’appareils à internet. Mais tout ceci exige des évolutions bien au-dessus de tout ce qui a été conçu en terme de réseaux mobile.

En effet, pour cela, il faudra gérer une multitude de terminaux, mobiles ou pas, et qui ne nécessite pas forcément les mêmes besoins. C’est à ce moment précis que l’Intelligence Artificielle rentre en ligne de mire.

 

Quel rôle pour l’IA en réseaux mobile.

 

Afin de pouvoir desservir un grand nombre d’appareils, les relais des réseaux 5g exploiteront des antenne MMO, qui décuple en même temps le nombre de signaux. Mais ces même signaux pourraient s’interpeller mutuellement, donc c’est pour cela qu’intervient le beamforming. Ce dernier diffuse très distinctement les signaux, afin de suivre des appareils en mouvement.

 

Nokia a donc développé un algorithme doté de beamforming, ainsi que de machin-learning, ainsi “une antenne pourra suivre plus efficacement les voitures circulant sur un rond-point”, explique Stéphane Deauble, responsable marketing chez Nokia.

Il développe avec un exemple : “Les antennes installées le long des autoroutes pourront apprendre à se passer le relais plus efficacement.”

 

Une réelle innovation

 

Ces explications prouvent bien la percée de l’Intelligence ou encore la Big Data dans tous les domaines.

C’est même “loin d’être de la poudre aux yeux marketing”, l’utilisation de l’intelligence artificielle pour le beamforming a fait l’objet de beaucoup de recherche et développement depuis plusieurs années, comme en témoigne cette étude d’expert de 2014”, ajoute cette fois John Delaney, responsable de téléphonie pour le cabinet IDC.

 

Premier développement fin 2018

 

Nokia a donc annoncé travaillé avec plus de trente opérateurs et commencera le déploiement de ses nouveaux chipset et ReefShark au début du troisième trimestre 2018.

John Delaney pense que d’autres technologies viendront appuyer les performances de ces futurs réseaux : “Le beamforming sera important surtout pour les déploiements à hautes fréquences, pour réduire les interférences à la consommation électrique […] mais la technologie la plus importante selon moi sera le network slicing, qui permettra à la 5g d’être un vrai réseau multi-service, pouvant répondre à des besoins différents, avec des garanties de qualité de service.”

 

Une preuve que la 5g sera une vrai révolution générale