Mots difficile / Langage dans le temps

Le pronom que l’on appelait ainsi, « ceci m’a mal assis », pour le distinguer de l’adjectif ceci, « cette pilule m’a mal assis ». L’inclinaison de ce prénom a commencé à être démontée en 1952, lorsque l’Académie a dit de le marquer quand il y avait une possibilité de confusion ; en 1999 elle a insisté pour ne l’utiliser que dans ce cas lointain, et en 2010 elle l’a définitivement éliminé.

Mais, attention, le tilde était marqué dans le pronom, « J’aime celui-ci » ; pas dans l’adjectif, « J’aime cette chemise ». Rappelez-vous que le pronom remplace le nom, « celui-ci a été envoyé », tandis que l’adjectif le détermine, « cette valise a été envoyée ». En conséquence, l’inclinaison de l’avis cité est doublement erronée, parce qu’elle est démodée et parce qu’il s’agit d’un adjectif, « ce Noël ».

Le mot « ceci » est maintenant régi pour son accentuation orthographique par la règle générale des basses et des aigus. Les mots graves qui se terminent par une voyelle, « cette vache gémit beaucoup », ne sont pas étiquetés. Les notes aiguës se terminant par une voyelle, « José Martí est ici », sont appelées. En tout cas, comme vous pouvez le voir dans l’exemple précédent, le tilde distingue aujourd’hui la voix aiguë, est, verbe, du tombeau, ce pronom ou adjectif, qui a l’accent prosodique dans la syllabe is-, de la même manière qu’il distingue en général les aigus, juré (il), baisé (elle), lució (hier), de la tombe Je jure (I), baiser (I), Lucio (nom propre), qui ont l’accent prosodique en ju-, be-, Lu-.