Les Herbiers du club de troisième division rêvent d’Europe

La demi-finale de la coupe se déroulera également en France. Le petit club provincial Les Herbiers a été choisi comme premier finaliste. En finale, l’équipe de troisième division affrontera soit Paris Saint-Germain, soit Caen.
Lorsque les héros de la Coupe des Herbiers rentrent chez eux à deux heures du matin, la moitié du village est encore debout. Ou plus précisément : la partie qui n’a pas connu le miracle du football en direct sur place. Avec les incendies du Bengale, près de 1000 supporters ont accueilli l’équipe pas tout à fait sobre de l’équipe de troisième division française, qui avait couronné son « parcours historique » avec l’entrée en finale de la coupe quelques heures auparavant.

« J’ai à peine dormi avant ce match, je n’ai rien mangé. Je suis si fière que nous l’ayons fait. Nous allons à Paris », a déclaré l’entraîneur Stéphane Masala à l’issue de la demi-finale contre le FC Chambly, une autre équipe de troisième division, en demi-finale (2:0, 1:0). Parce que leur propre stade est beaucoup trop petit, les Herbiers se sont installés dans l’arène de la Coupe du Monde à Nantes, à 75 kilomètres de là. Là, 35 000 fans ont fait en sorte que la maison soit pleine, presque tous portant le rouge et le noir de leurs hôtes.

Les Herbiers est situé dans l’ouest de la France, à environ 80 kilomètres de l’océan Atlantique. En règle générale, il ne se passe pas grand-chose dans la ville de 16 000 habitants : de temps en temps, les touristes visitent les vestiges de l’abbaye bénédictine, à l’automne se déroule ici la course cycliste « Chrono des Nations », que Tony Martin a remporté trois fois entre 2011 et 2013. Il existe un partenariat avec Liebertwolkwitz, un quartier de Leipzig. C’est ça, c’est ça.

Les Herbiers rêvent du miracle

Et puis il y a le club de football VF Les Herbiers. En 2015, les « Diables Rouges » ont été promus en troisième division pour la première fois, maintenant le club est soudainement dans la finale de la coupe et rêve de la Coupe d’Europe. Et cela avec un budget dérisoire de deux millions d’euros. A titre de comparaison : Paris Saint-Germain et SM Caen, les deux autres demi-finalistes, atteignent respectivement 540 et 31 millions.

Accordé : Les Herbiers ont également eu la chance de tirer au sort, les plus gros morceaux en route pour la finale du 8 mai au Stade de France étant les équipes de deuxième division Auxerre et Lens. Mais cela n’intéressait plus personne mardi soir. « Nous ne reverrons plus jamais une telle chose, cela n’arrive qu’une fois dans une vie », a déclaré le secrétaire général Lilian Bossard à l’occasion de l’accueil triomphal aux Herbiers. Plusieurs fans ont applaudi le bus de l’équipe dans les rues avant le grand buzz qui a suivi dans le petit Stade Massabielle.

Qu’est-ce qu’on fait maintenant ?

Le rouge et le noir ne sont que la troisième équipe de ligue de la finale de la Coupe de France, l’Olympique Nîmes (1996) et l’US Quevilly (2012) perdant chacun avec une seule différence de buts. En 2004, le RUFC de Calais avait même atteint la finale en tant qu’équipe de quatrième division et avait perdu « seulement » 1:2 contre Nantes. Peut-être les Herbiers réussiront-ils en mai devant 80 000 spectateurs dans le miracle assez grand. « Pourquoi pas ? » a dit l’entraîneur Masala, « Il n’y a rien à perdre, de toute façon. »