Rapport de conduite Dacia Sandero

Le Sandro de base coûte 6990 Euro. Vous ne pouviez pas le déplacer lors des premiers essais, mais seulement sur les versions les mieux équipées. Cependant, avec l’ancienne Sandero, seulement cinq pour cent de tous les clients ont choisi la version de base. C’est toujours un vrai modèle nu : à part la direction assistée, l’ESP et six airbags, il n’y a pas de quoi se réjouir à bord. Des vitres à manivelle, une banquette arrière d’une seule pièce et – ce qui est hors de question – des ceintures à l’avant qui ne peuvent pas être réglées en hauteur et des appuis-tête manquants à l’arrière témoignent d’une configuration véritablement négative. La console entre les sièges a également été sauvegardée dans le modèle de base.

 

Modèle haut de gamme au prix d’un marteau

Le modèle Ambiance (à partir de 7990 euros) avec lève-vitres électriques, verrouillage centralisé et banquette arrière rabattable divisée est le premier modèle à offrir une meilleure solution. La Lauréate (8990 euros) est équipée d’une radio CD avec connexion USB, ordinateur de bord, phares antibrouillard, volant réglable en hauteur et rétroviseurs extérieurs à réglage électrique. Le modèle Cross Sandero Stepway est uniquement disponible en version Ambiance ou en version haut de gamme Prestige. Il y a aussi la climatisation, l’aide au stationnement, le système de navigation, le volant en cuir et le régulateur de vitesse. Tout cela est disponible pour 11.990 Euro (moteur turbo essence 90 cv) ou 13.790 Euro (moteur diesel 90 cv).

Bien que cela ait doublé le prix de base de la voiture, cela signifie que des milliers de personnes se déplacent encore sous un modèle concurrent avec un équipement comparable. Une VW Polo Comfortline 1.6 TDI, par exemple, avec quatre portes, régulateur de vitesse et système de navigation – vous devez payer un supplément pour tout – coûte plus de 20.000 euros selon le configurateur VW actuel.

Pour ceux qui veulent économiser sur les coûts d’exploitation, le Sandero offre le choix entre le modèle diesel (consommation moyenne en usine : 3,8 litres aux 100 kilomètres) et l’option GPL 800 euros pour le moteur à essence de 75 ch. Le Sandero n’offre pas de démarreur automatique ni d’autres mesures économiques. Le faible poids à vide d’environ une tonne, associé à la modernisation des moteurs, permet de porter la consommation de carburant à un niveau compétitif.